La Commission d’enquête a publié son rapport

PLUi-HD & vélo : un manque d’ambition très remarqué !

(actualisé le )

Le processus d’élaboration du PLUi-HD de Dijon métropole touche à sa fin ! Commencé en 2015, il devrait s’achever avant la fin de cette année. Suite à l’enquête publique (mai-juin 2019), la Commission d’enquête a remis son rapport : elle y émet un avis favorable assorti de quelques réserves et recommandations [1]. Dijon métropole adoptera très prochainement la version définitive éventuellement amendée compte tenu des remarques de la Commission. Ce sera ensuite au Préfet de valider définitivement le projet.

Que dit le rapport de la Commission sur le volet « vélo » du PLUi-HD ?

La Commission présente d’abord l’avis de l’autorité indépendante chargée d’évaluer l’impact environnemental du projet. Elle précise notamment que cette autorité recommande au PLUi-HD « d’être plus ambitieux sur les actions de développement des modes doux » rapport, page 50)
- Avis de la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) ([document pages 8 & 9, les passages en gras dans l’extrait ci-dessous le sont dans le document original)

[...] Concernant les mobilités actives, le POA « déplacement » prévoit également une série d’actions afin de promouvoir et développer les déplacements doux (pédestres comme cyclables). Toutefois, le dossier souffre du manque de vision d’ensemble de la cohérence du maillage des liaisons douces envisagées avec le réseau existant. La MRAe recommande de réaliser un schéma cyclable métropolitain, notamment afin de s’assurer de la cohérence du maillage de pistes cyclables existantes et à créer, de permettre une bonne connexion des voies présentant différents usages (tourisme et loisirs, déplacements urbains), de faciliter la programmation du développement du réseau de voies cyclables et de prévoir des emplacements suffisants et cohérents des arceaux à vélos. De plus, l’essor de nouvelles mobilités urbaines devrait également être pris en considération dans les réflexions sur le développement des modes doux.
Par ailleurs, l’orientation visant à atteindre 10 % de part modale pour le vélo d’ici à 2030 est positif bien qu’en deçà de l’objectif de 12 % affiché dans la 2ᵉ stratégie nationale bas carbone (SNBC) en cours de publication.
La MRAe recommande de revoir à la hausse les objectifs de part modale du vélo dans le PLUi-HD, à un niveau au moins égal, sinon supérieur, à l’objectif poursuivi par la SNBC.
[...]

Le rapport de la Commission propose ensuite une synthèse de la contribution d’EVAD et de celles du public en général...
- Synthèse de la contribution d’EVAD (rapport, pages 200-201)

« Le public dont l’association EVAD s’interroge sur le réel caractère opérationnel de ces orientations car l’élaboration d’un schéma directeur cyclable n’est plus évoquée. L’objectif (2020- 2030) de 10 % de part modale du vélo correspondant à l’objectif déjà fixé pour 2020 par le PDU en vigueur, il est nécessaire de revoir cet objectif à la hausse. Il est précisé que seul l’aménagement d’un réseau continu, cohérent et sécurisé de pistes et non de bandes cyclables permettra de tendre vers cet objectif. Des contributions d’associations d’usagers ont été déposées à la Métropole, en mai 2015, février 2017, avril 2017 et mars 2019, mais sont restées sans réponse ; elles ont été jointes en annexe d’observations. Le schéma cyclable métropolitain devrait assurer les continuités sur les courtes distances dans de bonnes conditions de sécurité. La continuité des cheminements piétons et cyclables n’est pas abordée dans ce dossier, aussi faudrait-il l’intégrer dans les opérations nouvelles. L’accès-vélo à la gare est à améliorer. » [...]

À la suite de cela, la Commission propose son avis argumenté...
- Avis de la Commission d’enquête (rapport, pages 262-263 )

« [...] Mais ni le calendrier prévisionnel ni les estimations financières [des actions proposées par le PLUi-HD] ne sont complétés, ce qui aurait rendu plus tangibles les actions énumérées. La MRAe recommande la réalisation d’un schéma cyclable métropolitain. Le public et l’association « EVAD » ont exprimé un manque d’ambition au vu de l’urgence climatique et s’interrogent sur l’absence de Schéma Directeur Cyclable. La Métropole répond que le dernier Schéma Cyclable a été adopté en 2004 avec actualisation annuelle au regard des évolutions urbaines et des projets. Elle projette d’augmenter de 10 à 12 % cette part modale dans le cadre de la Stratégie Nationale Bas Carbone.
Le cyclisme urbain est porteur de bienfaits multiples pour la santé, l’environnement, la préservation des ressources naturelles et fait partie de l’éco-mobilité, aussi la Commission recommande la révision du Schéma Cyclable 2004 pour permettre l’usage du vélo au plus grand nombre et son accompagnement par une communication incitative en partenariat avec les associations concernées [...]
 »

Et enfin, la Commission recommande...

Si la Commission émet un avis favorable au projet de PLUi-HD, elle l’assortit cependant de cinq « réserves » et de seize « recommandations » [1]. Deux recommandations concernent le vélo (rapport, page 271).

La Commission d’enquête recommande
[...]
- Réviser et développer le schéma des pistes cyclables.
- Concevoir des itinéraires cyclistes sans rupture sur le territoire métropolitain en utilisant le mode vélo rue si nécessaire pour assurer les continuités
[...]

Notre conclusion...

Dijon métropole a finalement concédé une révision à la hausse de l’objectif à l’horizon 2030 de part modale du vélo en le passant de 10 % à 12 %, ce qui est ambitieux, vu le niveau actuel de cette part modale (3%) ! Malheureusement, non seulement la collectivité ne propose aucune action nouvelle ni aucun moyen financier pour atteindre cet objectif, mais elle persiste dans son refus d’élaborer, comme le recommande pourtant la Commission, un nouveau schéma directeur cyclable alors que cela était déjà prévu, voir ci-dessous, par le PDU 2012-2020 (page 23) !


Retrouvez notre contribution à l’enquête publique...

PLUiHD - contribution à l’enquête publique - juin 2019

Notes

[1À la suite de l’enquête publique, la Commission peut émettre des...

  • réserves : si celles-ci ne sont pas levées par la collectivité, il y a un risque pour elle de voir le Préfet refuser de donner un avis final favorable au projet ;
  • recommandations : si elles constituent des messages clairs envoyés à la collectivité, elles ne sont en rien contraignantes !

Partager cette page